contact-asia

Celui qui est maître de lui-même est plus puissant que celui qui est maître du monde.

Bouddha
 

Haeinsa, l’incontournable

Sur la première marche de notre podium, trône l’un des temples les plus vénérés du pays : Haeinsa. Revers de la médaille : il faut se lever tôt pour découvrir le superbe monastère avant qu’il ne soit pris d’assaut par les visiteurs. 
On vous donne rendez-vous à Daegu pour attraper le bus express qui file tout droit vers le site sacré qui rend si fière la Corée. Haeinsa vous accueille dans le somptueux décor montagneux du parc national de Gayasan. Quelques pas dans les allées du complexe ornées de drapeaux de prière multicolores et vous voilà plongés dans l’ambiance incroyablement zen des lieux. Modeste petit ermitage construit en 802, le bâtiment fut transformé en monastère puis progressivement agrandi pour devenir un vaste ensemble de halls et de pavillons aux façades magnifiquement travaillées, renfermant une formidable collection de statues, peintures et sculptures bouddhiques. Difficile de détacher ses yeux de ces minutieux détails qui font toute la beauté des temples sud coréens. Vos pupilles n’ont pas fini de se régaler : votre guide Asia vous conduit là où se pressent les curieux et les pèlerins du monde entier, du côté du Janggyeong Panjeon. À l’intérieur des 4 édifices, se trouve un trésor classé par l’UNESCO : le Tripitaka Koreana, 80 000 tablettes en bois datant du 13ème siècle, sur lesquelles ont été gravés des textes du canon bouddhiste. Elles doivent leur remarquable conservation à l’ingénieuse conception des bâtiments. N’est-ce pas la plus impressionnante bibliothèque qu’il vous ait été donné de voir ?

Dragon au temple bouddhiste Haeinsa, Corée du Sud

Bulguksa et la grotte de Seokguram

Le deuxième temple de Corée du Sud qui occupe une place de choix dans notre cœur est lui aussi niché dans un cadre ravissant : sur les pentes du mont Toham, à Gyeongju. Situés à quelques kilomètres seulement l’un de l’autre, Bulguksa et la grotte de Seokguram sont inséparables. Tous deux construits au 8ème siècle sous la dynastie de Silla, ils témoignent de la finesse et du réalisme de l’art bouddhiste coréen de cette époque. On vous emmène découvrir ce duo de chefs d’œuvre inscrits au patrimoine mondial de l’humanité. L’enceinte du lieu sacré mériterait que l’on y passe des heures tellement il y a de merveilles à se mettre sous la dent : pagodes, escaliers et petits ponts en pierre rivalisent de charme. Chaque étape de la promenade revêt une symbolique religieuse particulière que votre guide Asia se charge de vous expliquer, vous ouvrant peu à peu les portes du monde idéal de Bouddha. Vous voyez ces petits cailloux empilés de-ci de-là ? La tradition veut que l’on vienne ajouter sa pierre à l’édifice tout en faisant un vœu. Notre moment préféré pour flâner à Bulguksa reste le mois d’avril, supposé être celui de la naissance du Bouddha, lorsque les allées se parent de centaines de lanternes colorées, donnant au site un joyeux air de fête. 
Direction Seokguram pour le clou du spectacle. Au milieu de la forêt, une grotte artificielle sculptée dans le granit de la montagne porte en son cœur une statue du Bouddha. Imperturbable, l’éveillé est assis, le regard tourné vers la mer, éclairé d’une lumière presque surnaturelle. Autour de lui, disciples et devas représentés sur les hauts et bas-reliefs muraux se font discrets pour lui laisser toute la place. Un tête-à-tête avec le maître dont vous vous souviendrez avec émotion.

Pavillon de la grotte de Seokguram, Corée du Sud

Les précieuses reliques de Tondgosa

Voici un autre bijou à visiter absolument lors de votre voyage au pays du Matin Calme : Tongdosa. Certains vous diront qu’une fois que l’on a vu un temple sud-coréen, on les a tous vus. On n’est pas du tout de cet avis. Certes, les parcours et les pagodes ont de sérieux airs de famille mais les ambiances qui y règnent et les trésors que l’on y trouve sont bien différents. Entre les murs du pavillon principal de celui-là, niché au creux d’une belle forêt de pins centenaires, pas de statue de Bouddha comme on en trouve dans tous les temples bouddhistes. 
La raison ? Il est représenté par l’édifice lui-même, et plus précisément le stupa des marches de diamant  qui abrite une partie de ses reliques rapportées de Chine par Maître Chajang en 646. Observez les fidèles qui tournent dans le sens des aguilles d’une montre autour du précieux symbole distingué par l’UNESCO en récitant des prières. Il s’agit de la circumambulation, un rite bouddhiste que l’on vous invite vivement à suivre afin de vous plonger dans l’atmosphère solennelle du lieu.

Temple de Tongdosa sous la neige, région de Yangsan, Corée du Sud

Une nuit chez les moines à Hwaeomsa

On vous propose une expérience intense, à vivre en Corée et nulle part ailleurs : dormir dans le fabuleux monastère d’Hwaeomsa, délicatement posé sur les flancs des majestueuses montagnes du parc national de Jirisan. L’occasion est unique de partager le quotidien si dépaysant des moines sud-coréens et de ressentir la ferveur qui les anime. Ne vous attendez pas à un traitement de faveur : pour que l’immersion soit totale, on vous demande de jouer le jeu à fond. Voici votre modeste chambre aménagée avec un simple futon et votre tenue : une tunique marron portée par les apprentis. 
À partir de cet instant précis et jusqu’à demain matin, vous êtes un moine bouddhiste. Vous assistez aux chants et aux prières, participez à la préparation des offrandes et aux taches ménagères et dînez en silencieuse compagnie de vos homologues. 18 heures 30, il est déjà l’heure d’aller se coucher. Vous ne parvenez pas à trouver le sommeil ? Profitez-en pour méditer !

Temple de Hwaeomsa, Parc national de Jirisan, Corée du Sud

Rejoindre le club

Pour être au courant des dernières infos et se laisser inspirer, inscrivez-vous
à notre newsletter et l’Asie et le Pacifique n’auront plus de secrets pour vous !