contact-asia

Il vaut mieux laver son vieux kimono que d’en emprunter un neuf

Proverbe japonais
 
 

Une journée en kimono

Femme portant un kimono traditionnel dans le quartier des Geisha de Kyoto
Détails de la ceinture d'un Kimono à Kyoto

Littéralement chose que l’on porte sur soi, le kimono japonais, constitué de larges rectangles de tissu cousus entre eux formant une tunique qui tombe jusqu’aux chevilles, fermée par une ceinture, le obi, peut se vanter d’être millénaire. Son ancêtre, le kosode, inspiré des tenues traditionnelles chinoises de la dynastie Tang, était porté en guise de sous-vêtement par les riches aristocrates du 8ème siècle puis plus tard, par les guerriers. Les années qui ont suivi ont fait du vêtement la parure extérieure de prédilection des Japonaises et des Japonais les plus fortunés qui l’ont rebaptisé du mélodieux nom qu’on lui connaît aujourd’hui : kimono.  

Vous voyagez pour la première fois au pays du soleil levant ? N’imaginez pas que vous croiserez des locaux habillés de la précieuse étoffe à tous les coins de rue, ils ont depuis longtemps adopté le style occidental. Loin d’être boudé, le port de ce vêtement traditionnel japonais est désormais réservé à des événements particuliers à l’instar des cérémonies traditionnelles et des mariages. Les hommes revêtent un kimono en soie uni et sombre et les femmes se parent d’un modèle orné de motifs colorés, différent selon leur âge, statut marital et l’occasion. 
Porter un kimono au Japon est quelque chose à faire. Vous offrir une pièce authentique risquerait de sérieusement entamer votre budget, surtout si vous découvrez les terres nipponnes en famille. La solution ? La location. Comptez une trentaine d’euros pour avoir le privilège de vous montrer dans la parure raffinée pour une journée. 

Mère et fille portant des vêtements traditionnels
Femme au kimono traditionel de dos, dans le quartier des Geisha à Kyoto

Vous trouverez sans peine une boutique qui vous permettra de vous sentir japonais(e) de la tête aux pieds. L’idéal : y aller entre filles. Après avoir jeté votre dévolu sur un coquet modèle de kimono ou de yukata, sa version estivale, une habilleuse s’occupera de vous envelopper dans une ribambelle de pans de tissu dans un ordre bien précis afin d’obtenir le parfait rendu attendu. Un joli sac au bras et vous voilà parées ! En flânant dans les rues animées de Kyoto ou en vous promenant dans les allées du gracieux château immaculé de Himeji, vous attirerez les regards un brin amusés des locaux. Le meilleur spot pour capturer de poétiques clichés : sous le sublime tunnel des glycines blanches, roses et mauves du jardin de Kawachi Fuji. En pleine floraison au mois de mai, les ravissantes fleurs diffusent en continu un parfum exquis. 

 

Les plus belles pièces dans les musées

Comme tous les objets d’art, l’histoire du kimono japonais s’apprend dans les musées. Celui de Ome, petite ville logée dans le Tokyo des temps anciens, vous fera voyager des années en arrière en vous dévoilant la luxueuse collection portée par la famille impériale ainsi que des centaines de superbes créations ayant appartenu à des samouraïs et à de riches marchands de l’époque d’Edo, entre le 17ème et le 19ème siècle. Un festival de couleurs, de textures et de motifs dont l’exceptionnelle finesse vous coupera le souffle. 
Quant au passionnant musée d’Art Itchiku Kubota qui offre une vue imprenable sur deux trésors naturels du pays : le mont Fuji et le lac Kawaguchi, c’est entre ses murs que vous découvrirez, ébahis, le travail de toute une vie de l’artiste japonais qui entreprit de reproduire le Tsujigahana, une technique de teinture utilisée pendant l’ère Muromachi. Son œuvre majestueuse au goût d’inachevé, la Symphonie de Lumière, composée de 80 kimonos dont une série formant le paysage du mont Fuji, est un spectacle fascinant à voir absolument. Après ce bain de culture nipponne, délectez-vous d’un délicieux thé vert et de quelques douceurs japonaises dans le salon attenant à l’exposition. 



 

 

Instant magique dans la forêt de kimonos d’Arashiyama à Kyoto

On vous propose une ultime plongée dans l’univers du kimono japonais qui enchantera tout particulièrement vos têtes blondes : une balade nocturne dans un décor de conte de fées imaginé par le talentueux designer Yasumichi Morita. Grimpez dans un charmant tramway nommé Randen, direction le terminus d’Arashiyama et laissez-vous guider par la lumière hypnotisante des cylindres de plexiglas, révélant les motifs éclatants des kimonos enroulés à l’intérieur, qui bordent le chemin pavé longeant les voies. Arrivés au bout de la promenade, suivez les instructions de l’écriteau en immergeant vos mains dans la fontaine sur laquelle trône une sphère décorée d’une tête de dragon et faites le plein de paix et de bonheur !

 
Portrait de Geisha

Chez nous, lorsque les femmes rient, elles cachent leur visage derrière la manche de leur kimono.

Shan Sa, La joueuse de go

Défilé de kimonos au Centre textile de Nishijin

En plein cœur de Kyoto, le quartier de Nishijin, abritant autrefois les ateliers des tisserands qui fournissaient la noblesse et la cour de l’ex-capitale du Japon en kimonos de soie, porte encore les marques de son prestigieux passé. Le district regorge d’adresses parfaites pour se frotter à l’art nippon telles que son Centre textile. 
Au programme de votre visite : la découverte des anciennes machines de tissage et du processus de fabrication du fameux tissu Nishijin-Ori à l’aspect changeant selon la lumière, pour terminer en beauté par un élégant défilé de mode entièrement consacré à la tenue traditionnelle japonaise rythmé par d’agréables sonorités exotiques. Une bouffée de fraîcheur et de dépaysement plaisant généralement aux petits comme aux grands !

Rejoindre le club

Pour être au courant des dernières infos et se laisser inspirer, inscrivez-vous
à notre newsletter et l’Asie et le Pacifique n’auront plus de secrets pour vous !

Bienvenue chez les Kanaks

Un voyage en Nouvelle-Calédonie est l’occasion rêvée de faire connaissance avec un peuple unique au monde, vivant au rythme de ses traditions : les Kanaks. On organise cette rencontre d’exception