contact-asia
Carnet de route

SUR LA ROUTE DE LA SOIE

Suivez les pas de nos illustres prédécesseurs, conquérants et commerçants, et mettez le cap à l’est !

Une Route de légende

Photographe et grand voyageur, Serge Potier est un amoureux de l’aventure et des sports mécaniques. Il a couvert de nombreux Dakar et le Camel Trophy, et a été  le photographe officiel de la Silk Road Renault Trucks. L’occasion unique de relier en camion Lyon à Pékin et de se prendre de passion pour cette succession de pistes caravanières qui reliaient les rives de la Méditerranée à la Chine en traversant l’Asie Centrale, mais qui ne fut baptisée Route de la Soie qu’au 19e siècle.

Pendant plus de 2000 ans cet axe commercial et d’échanges culturels reliait également des peuples aussi différents que les Ottomans, les Byzantins, les Perses, les Sogdiens et les Chinois. Traversant steppes verdoyantes, déserts, chaînes de montagnes, lacs ou torrents, grands froids ou soleil brûlant, de tout temps hommes et bêtes ont bravé les éléments pour transporter la soie, mais aussi des étoffes de laine ou de lin, des pierres et des métaux précieux, des épices. Le décor n’a pas changé : grandiose, infini, intact, époustouflant. Un élément majeur du voyage !

En route avec les nomades

Les populations nomades au long de la Route de la Soie convoient toujours leurs troupeaux vers les grands marchés d’Asie Centrale et transhument encore au gré des saisons. Ainsi, les hauts plateaux d’Iran, le désert ouzbek, les steppes kirghizes et mongoles, voient s’installer les campements de yourtes. Spacieuses et résistantes aux intempéries, c’est le plus célèbre des habitats nomades. Une soupe sur le poêle et un coin pour poser son sac, l’hôte de passage se verra toujours offrir le gîte et le couvert à la tombée de la nuit, et au voyageur qui fait une pause, un bol de thé au lait et une portion de fromage séché.

Un voyage au long cours 

Hier à pied, à cheval ou à dos de chameau, de nos jours à moto, en camion ou en 4 x 4, les hommes transportent biens et marchandises, commercent et échangent au mépris du relief et des distances. Aller au marché en carriole, chevaucher un chameau dans les sables ou savourer son thé à la terrasse d’une maison de thé, à son tour le voyageur d’aujourd’hui pourra vivre son voyage à la manière des aventuriers et des marchands d’antan. Car si la modernité arrive dans les villes, traverser de nos jours les espaces infinis de la Route de la Soie reste une remontée dans le temps qui défie les frontières.

La soie au cœur du quotidien

Costumes, habitat et coutumes, portent la marque du formidable mélange de traditions des populations nomades. Car, tout comme le musicien qui transportait chants et instruments, tisserands, menuisiers, commerçants, ont franchi les frontières avec, dans leurs besaces, outils, matériaux et denrées venus d’ailleurs. Si la soie fut apportée de Chine par les premiers marchands, c’est en Orient et en Asie Centrale qu’elle est le plus travaillée, du ver à soie au tissage. Tenues de fêtes ou du quotidien, tapis et tentures sont toujours fabriqués de manière artisanale dans des ateliers où la rusticité du matériel n’a d’égal que le talent des artisans.
TOUS NOS VOYAGES OUZBEKISTAN
5 bonnes raisons de

Voyager avec Asia

Depuis près de 30 ans, notre objectif est de faire en sorte que votre voyage à l’arrivée soit à la hauteur de votre rêve de départ. A nous de rechercher l’excellence dans tous les domaines !
Créativité
des programmes
Connaissance
du terrain
Services
à destination
Contrôle
de la qualité
Démarche
responsable